14 novembre 2021

Bane Seed Tome 3 : Voyage au bout du Sidh de Fanny ANDRE

 

Genre : Urban Fantasy

Série Bane Seed :

1. Guerre ou paix ?

2. Un crime, un châtiment

3. Voyage au bout du Sidh

3.5. Dans la tête de Dorian Murray

4. Mort sur la lande

5. Pour qui sonne le crépuscule

6. Autant en emportent les certitudes



Quatrième de couverture :


Avide de vengeance, Caoimhe a laissé une traînée de cadavres derrière elle avant de prendre la fuite.


Bane, qui était chargée de superviser sa formation, pourrait s’en laver les mains (comme ses supérieures), sauf que ce n’est pas vraiment son genre !


Aidée de Morgane et Merlin, qui se révèlent étrangement efficaces quand ils arrêtent de s’écharper, Bane part à la recherche de la jeune Banshee.

Et même si cela dépasse largement le cadre de leur partenariat pour le Conseil, Dorian répond aussi à l’appel pour la seconder dans sa nouvelle enquête.


Commence alors pour nos deux héros une traque qui les fera voyager à travers le Sidh.


Entre rencontres inattendues, combats magiques, complots et autres secrets, Bane et Dorian auront fort à faire et iront de surprise en surprise !


La plus grande d’entre elles sera peut-être l’évolution de leur relation… mais sont-ils prêts à y faire face ?

 


Ce que j'en ai pensé :


Voici un livre qui n’aura pas eu le temps de s’éterniser dans ma Pal : je l’ai lu tout de suite après le tome 2 ! Impossible de faire autrement : l’auteure nous laisse sur notre faim, en pleine action, au milieu de l’enquête sur la disparition de Caoimhe.


Il me fallait donc savoir à tout prix ! Je me suis donc jetée sur ce troisième tome, que j’ai lu très vite, bien trop vite ^^. Cette série est vraiment très addictive !


Pour retrouver sa Bébé Banshee, Bane, secondée par Dorian, alors même qu’il n’a rien à voir avec cette histoire, parcourt les différentes Terres du Sidh, nous permettant d’en découvrir davantage sur son univers mais aussi sur le passé de Dorian, à l’honneur dans ce tome.

Quelques miettes quant au passé de Bane commencent également à émerger, laissant présager de révélations futures douloureuses et expliquant la défiance de la « jeune » femme envers la gente masculine.


L’intrigue est des plus surprenantes et vient confirmer les doutes émis lors du tome précédent : les supérieures de notre héroïne badass cherchent bel et bien à étouffer l’affaire, elles cachent quelque chose mais, c’est sans compter sur la ténacité de la banshee !

Et ceci d’autant plus que la mort de Caoimhe et sa transformation en banshee semblent reliées à l’enquête de Bane sur le Cheers et la raison de sa mise à pied : tous les éléments du puzzle se recoupent donc enfin.


Ce que j’adore également dans cette série c’est l’humour, toujours aussi présent mais aussi la façon qu’a l’auteure de revisiter la mythologie, ici notamment avec le personnage de Styx et les Aises.


On voit aussi certains personnages sous un autre angle tel Paddington qui, malgré son flegme légendaire, prend fait et cause pour ses agents et ne les abandonne pas à leur triste sort.


La relation entre Bane et Dorian prend un nouveau tournant, au moins pour l’un d’entre eux, plus honnête avec lui-même, moins borné et aveuglé par ses préjugés de « races » que l’autre mais, sans doute est-ce encore trop tôt pour Bane, qui franchit déjà un grand pas en admettant qu’ils sont plus que des collègues.

En effet, Dorian la soutient et l’aide dans cette nouvelle enquête alors même que rien ne l’y oblige car seules sont impliquées les Banshees…


En bref, une série que j'aime toujours autant au fil des tomes : elle entre dans mon panthéon des séries d'urban fantasy que je préfère !




29 octobre 2021

Harry Potter à l'école des sorciers de J.K. ROWLING

 Genre : littérature jeunesse (SFFF)
Thèmes : Sorciers/ Ecole/ Magie/ Angleterre/ Amitiés/ Choix

 

Série Harry Potter :

1. Harry Potter à l'école des sorciers

2. Harry Potter et la chambre des secrets

3. Harry Potter et le prisonnier d'Azkaban

4. Harry Potter et la coupe de feu

5. Harry Potter et l'ordre du phénix

6. Harry Potter et le prince de sang-mêlé

7. Harry Potter et les reliques de la mort

 

Quatrième de couverture :


Le jour de ses onze ans, Harry Potter, un orphelin élevé par un oncle et une tante qui le détestent, voit son existence bouleversée. 

Un géant vient le chercher pour l’emmener à Poudlard, la célèbre école de sorcellerie où une place l’attend depuis toujours. 


Voler sur des balais, jeter des sorts, combattre les Trolls : Harry Potter se révèle un sorcier vraiment doué. 


Mais quel mystère entoure sa naissance  et qui est l’effroyable V…, le mage dont personne n’ose prononcer le nom ?

 


Ce que j'en ai pensé :


Quel plaisir de se replonger dans cette saga ! 


Dans ce premier tome, nous faisons la connaissance d’Harry Potter, un jeune garçon de presque 11 ans, méprisé par son oncle et sa tante à cause de ses origines et martyrisé par son cousin, Dudley, un sale gosse pourri gâté qui est le centre du monde de sa mère et le sait. 

Il se croit d’ailleurs tout permis. 


Tout va changer le jour de l'anniversaire de notre petit héros, où il fait la connaissance d’Hagrid et va enfin découvrir d’où il vient, qui sont ses parents. 


Nous découvrons le monde des sorciers en même temps que lui, un monde riche de créatures plus fascinantes les unes que les autres, où l’on s’émerveille de tout.


L’auteur est très prolifique, ne manque pas d’imagination et sait exactement où elle nous emmène. Son récit est des plus maîtrisés. 


J’ai apprécié de redécouvrir ce monde magique. 


Certains détails ou scènes qui m’avaient échappé, dont je ne me souvenais plus, me sont revenus : le premier chapitre par exemple, où l'on fait la connaissance des Dursley avant même l'arrivée d'Harry, la première rencontre de Drago et Harry, quand ils essayent leurs habits de sorciers, l'altercation entre Severus et Quirrell, dans la forêt, le fait que la moto d'Hagrid est en fait celle de Sirius, lequel est donc évoqué dès ce premier tome, les épreuves pour récupérer la pierre, dont celle de Rogue, pour laquelle Hermione se sacrifie à son tour... 


J’adore : j'ai revisionné les films juste avant et le livre est tellement plus riche ! Tellement de choses passent à la trappe, par manque de temps - même si l'adaptation de ce tome 1 est assez fidèle - et notamment tout ce qui concerne la scolarité des élèves de Poudlard : les cours, les professeurs, les points récoltés et perdus alors que c'est un des éléments que j'aime le plus dans cette série, en plus du monde développé par l'auteure !


J'avais oublié à quel point Hermione est une vraie petite bêcheuse au début de l'histoire ^^


J’ai eu l’impression de revenir en arrière, lors de ma première lecture, de retrouver les mêmes émotions pour les personnages.


J’ai haï les Dursley qui ne sont d’ailleurs pas épargnés par l’auteur, on sent l’ironie poindre lorsqu’elle les évoque, Malefoy, toujours aussi détestable, de même que Rogue, pour lequel mes sentiments sont tout de même plus mitigés lors de cette troisième lecture, peut-être parce que je sais ce qu'il va se passer ensuite ou peut-être aussi parce qu'une relecture permet d'être plus attentif et de noter tous ces petits détails oubliés lors de la première, de voir certaines choses différemment, de mieux appréhender le pourquoi du comment et donc de voir ce qui nous a échappé mais qui était déjà prêt à poindre par la suite...


J’ai adoré revoir les jeunes Harry, Hermione et Ron, ressentir le même émerveillement devant les lieux décrits comme Poudlard, le chemin de Traverse…


Rien ne s’est altéré avec le temps, au contraire, j’aime encore plus et suis sûre qu’il en sera de même après 10, 20 et même 30 lectures, la preuve, il s'agit déjà de ma troisième fois ^^ et le plaisir est même plus grand à chaque fois, entre anticipation face aux scènes que j'aime et redécouverte de ce que j'ai pu oublier ou occulter !




27 octobre 2021

Les Carnets de Cerise Tome 2 : Le Livre d'Hector de Joris CHAMBLAIN (scénario) et Aurélie NEYRET (lillustrations)

 

Genre : BD jeunesse

Série Les Carnets de Cerise :

1. Le Zoo pétrifié

2. Le Livre d'Hector

3. Le Dernier des cinq trésors

4. La Déesse sans visage

5. Des Premières Neiges aux Perséides



Quatrième de couverture :


Cerise est une petite fille âgée de onze ans, qui vit seule avec sa mère. 

Elle rêve de devenir romancière, et a même déjà commencé à écrire ses carnets ! Son sujet favori : les gens, et plus particulièrement, les adultes. 

Ils sont si compliqués qu'elle souhaiterait mieux les comprendre. 

Elle adore les observer pour tenter de deviner quels secrets ils dissimulent...


Prenez Elisabeth... toutes les semaines, depuis vingt ans, cette vieille dame emprunte le même livre à la bibliothèque.

 

Pourquoi ? 

Que contient-il de si important pour elle ? 

Quel secret cache-t-il qu'elle n'aurait toujours pas découvert ? 


Une nouvelle énigme pour Cerise, prête à tout pour la résoudre, quitte à détruire ce qu'elle a de plus cher.

 


Ce que j'en ai pensé :


Cela faisait un bon moment que j’avais lu le tome 1, que j’avais d’ailleurs beaucoup aimé et pourtant…

Le tome 2 a patienté longtemps avant d’être lu à son tour mais ça en valait la peine !


J’ai retrouvé avec plaisir ma petite Cerise.

Elle a un nouveau mystère à résoudre : pourquoi Mme Ronsin prend-t-elle le même bus tous les mardis, à la même heure ?

Où se rend-t-elle ?

Pour y faire quoi ?


J’aime toujours autant le format, qui mêle habilement la BD et les journaux intimes de Cerise ainsi que les dessins d’Aurélie Neyret.


L’auteur, quant à lui, nous offre encore une jolie histoire, mignonne et intelligente, tout comme son héroïne.


Mais, à force de s’intéresser aux parfaits inconnus qui croisent son chemin, elle en oublie ceux qui comptent vraiment : Line et Erica, ses meilleures amies, qu’elle délaisse et contraint à mentir pour son compte, sa mère, dont la confiance est déjà ébranlée suite à l’histoire du zoo et même Mme Desjardins, à qui elle ne vient rendre visite que quand elle a besoin de son aide.

C’est d’ailleurs cette dernière qui va lui ouvrir les yeux et lui faire prendre conscience de son comportement, charge pour elle de réparer les pots cassés !


Une très belle leçon de vie donc mais aussi et surtout une magnifique et tragique histoire d’amour avec cette recherche des lettres d’Hector à sa bien-aimée.


Que d’émotions !


J’adore vraiment cette série jeunesse et j’espère ne pas attendre autant pour lire la suite ^^



Je profite des vacances pour faire mon retour parmi les participants de la BD de la semaine, que vous pouvez aujourd'hui retrouver chez Stephie.

Les Carnets de Cerise Tome 1 : Le Zoo pétrifié de Joris CHAMBLAIN (scénario) et Aurélie NEYRET (dessins)

                                                                    Genre : BD jeunesse

Série Les Carnets de Cerise :

1. Le Zoo pétrifié

2. Le Livre d'Hector

3. Le Dernier des cinq trésors

4. La Déesse sans visage

5. Des Premières Neiges aux Perséides


Billet importé de mon ancien blog

(18/02/2017)


Quatrième de couverture :


« Il était une fois…

Quand j’étais petite, je me suis fait la promesse que si un jour, j’avais un journal intime, il commencerait comme ça.


Il était une fois… ben, moi, Cerise !


J’ai dix ans et demi et mon rêve, c’est de devenir romancière.


Mon truc à moi pour raconter des histoires, c’est d’observer les gens, imaginer leur vie, leurs secrets… »



Ce que j'en ai pensé :


C’est d’ailleurs ainsi que l’histoire commence. 

Il était une fois… Cerise, surprenant du haut de sa cabane, avec ses deux amies, Erica et Line, un drôle de monsieur sortant des bois, couvert de peinture de la tête aux pieds ! 

Qui peut-il bien être ? 

Que fait-il chaque week-end dans la forêt ? 


Voici un mystère à résoudre pour notre détective en herbe. 


Original dans sa forme aux supports variés, mêlant BD, pages de journal intime de l’héroïne, articles de journaux ou bien encore « photos » plus vraies que nature, ce petit bijou l’est aussi par son histoire avec un dénouement, une révélation auxquels je ne m’attendais pas du tout. 


Il faut dire aussi que je me suis laissée porter par ma lecture, tellement j’étais bien entre ces pages, lesquelles ont défilé toutes seules. 

Je n’ai même pas essayé de percer le mystère avant, je me suis contentée de suivre Cerise avec grand plaisir et beaucoup de curiosité et ce que j’ai découvert m’a surprise et enchantée ! 

Je ne m’attendais pas à ça ! 


De belles valeurs sont mises en avant comme la solidarité, l’entraide, l’amitié, sans naïveté mais avec beaucoup de douceur et de poésie. 

Une grande sensibilité émane du texte mais aussi des images, épurées et aux traits délicieusement fins, raffinés, avec notamment des tableaux à couper le souffle, d’un grand réalisme, mais je ne peux en dire plus, au risque d’éventer le mystère… 


Cette lecture m’a offert un beau retour en enfance, à cet émerveillement que l’on ressent enfant devant des choses qui n’ont parfois l’air de rien mais qui se révèlent d’une grande beauté, quand on prend le temps de les regarder, quand on s’arrête sur elles. 


Je regrette seulement que les amies de Cerise soient encore trop effacées par rapport à elle mais s’agissant d’un premier tome, ça me parait plutôt normal : on prend d’abord et avant tout le temps de découvrir l’héroïne et son univers.

25 octobre 2021

Bane Seed Tome 2 : Un Crime, un châtiment de Fanny ANDRE

 

Genre : Urban Fantasy

Série Bane Seed :

1. Guerre ou paix ? (non chroniqué ni sur ce blog ni sur mon ancien ^^)

2. Un Crime, un châtiment

3. Voyage au bout du Sidh

3.5. Dans la tête de Dorian Murray

4. Mort sur la lande

5. Pour qui sonne le crépuscule

6. Autant en emportent les certitudes


Attention, risque de spoilers sur le tome 1, dont je vous glisse quand même quelques mots, ne l'ayant pas chroniqué sur le blog ^^


Quatrième de couverture :


Bane Seed et son coéquipier Dorian Murray ont réussi, laborieusement, à éviter une guerre entre les peuples fae ! 


Mais leurs hiérarchies respectives ne sont pas encore prêtes à passer l'éponge sur leurs erreurs passées, si bien que leur duo est toujours d'actualité. 

Bane aurait pourtant bien voulu s'offrir un peu de bon temps en faisant une virée casino et en voyant Lorid, son sex-friend. 


Malheureusement, sa supérieure en a décidé autrement. 

La voilà donc propulsée formatrice d'une Banshee débutante qui n'a rien de docile !

 

Et quand leur amie Korena, la Korrigane, est portée disparue, Dorian réclame son aide pour la retrouver. 

Déjà accaparée par son rôle de prof, Bane risque d'avoir du mal à tout gérer...

 


Ce que j'en ai pensé :


Comme je suis contente de retrouver Bane et Dorian !

L’histoire reprend là où on les avait laissés à la fin du tome 1 : Dorian vient trouver la banshee car il s’inquiète pour Korena, laquelle a disparu après le conflit qu’elle a orchestré entre les Brownies et les Leprechauns, ce qui va nous entraîner à la rencontre des Nisses et causer encore bien des problèmes à notre duo improbable, qui se transforme vite en trio, avec l’apparition de Lorid, l’Ankhou, lui aussi tombé sous le charme de son amante par intermittence ^^.


Pour couronner le tout et comme si ce n’était pas déjà suffisant, Maahra, la supérieure de Bane, lui a collé une banshee à former sur le dos, Caoimhe, une agaçante créature qui semble vouloir brûler les étapes et en découdre avec les hommes.


Un second tome aussi plaisant et drôle que le premier, qui nous amène à découvrir plus avant le monde dans lequel évolue notre implacable héroïne ainsi que la hiérarchie des banshees.


J’adore toujours autant les références à la culture pop qui émaillent le récit et semblent tellement anachroniques dans la bouche de Bane, vu son « grand âge » ^^ et je n’en reviens toujours pas de ce que l’auteure a osé faire de Morgane !!!!!! et de Merlin mais j’avoue que, passé l’effet de surprise et l’indignation, je m’amuse beaucoup de leur querelle – j’ai souvent l’impression de regarder un épisode de Kaamelot à leurs côtés ^^.


Cette formation imposée en guise de punition pour son acte est une bonne excuse pour nous présenter les différents niveaux, les différentes fonctions occupées par les banshees et leur rôle respectif : pleureuses, hurleuses, laveuses et pourfendeuses.

On en apprend également un peu plus sur Bane, même si pour l’instant, les informations glanées restent très parcellaires.


J’adore toujours autant le duo qu’elle forme avec Dorian, l’Incube, d’autant que l’on sent ici que les choses évoluent de son côté à lui et il nous apparaît plus sérieux qu’auparavant, plus sombre aussi.

J’ai hâte d’en savoir davantage à son sujet !


L’auteure laisse son lecteur (et ses personnages) en plan à la fin de ce second tome, nous donnant d’autre choix que celui de nous jeter sur la suite (ce que j’ai fait sans plus attendre) : on sent, tout comme Bane, qu’il y va anguille sous roche avec cette histoire autour du pub, The Cheers.

Je n’ai pas vu la fin arriver tellement l’intrigue est captivante et nous laisse clairement sur notre faim, encore en pleine action.

Il y a du gros dossier derrière et je me demande comment Bane et Dorian vont s’en sortir, ce qu’ils vont mettre à jour et les implications cachées…


Bref, ils ne sont pas au bout de leurs surprises et nous non plus et sont loin d’être tirés d’affaire, dans les ennuis jusqu’au cou ! 

Moi qui croyais que la situation ne pouvait pas être pire que celle dans laquelle ils étaient déjà, c’était sans compter l’imagination – et le sadisme ^^ - de leur créatrice !




24 octobre 2021

Le Collier du géant de Michael MORPURGO


Genre : Album jeunesse



Quatrième de couverture :


C'est le dernier jour des vacances, et Cherry décide de chercher d'autres coquillages pour compléter son collier. 

Elle est déterminée : ce sera le plus long collier jamais fait, un collier de géant !


Mais bientôt les nuages se font plus sombres, la mer se transforme en monstre gris... et Cherry est coupée du rivage. 


Le seul moyen de s'échapper est de traverser une ancienne mine derrière les rochers, où elle va croiser la route de mystérieux fantômes.

 


Ce que j'en ai pensé :


Un texte puissant, onirique, empli de poésie, de tendresse et de tension mêlées devant cette mer, à la fois belle et dangereuse, que l’on sent se rapprocher inexorablement de notre héroïne, Cherry, 11 ans. 

La houle est prête à la submerger alors qu’elle-même prend conscience du danger bien trop tard ! 

Quelle angoisse !


Le lecteur reste suspendu aux mots de l’auteur, des mots parfaitement en phase avec les illustrations de Briony May Smith, qui se font tantôt lumineuses, pour évoquer la famille de la fillette, nous montrer leur complicité, malgré les chamailleries de cette fratrie de cinq enfants – Cherry a quatre grands frères qui adorent la taquiner, sachant qu’elle réagit au quart de tour – tantôt sombres et angoissantes.


La fin m’a surprise et bouleversée, même si certains indices auraient dû me mettre la puce à l’oreille mais, j’ai délibérément choisi de les ignorer.


Bref, un magnifique album qui vous fera à la fois rire et trembler, retenir votre souffle en suivant les pas de Cherry, espérer, voyager à la rencontre d’un père bourru, renfrogné et sensible et de son fils, délicat et charmant, vous interrogera et vous retournera, pour peu que vous vous laissiez emporter par la magie des mots de ce conteur hors pair qu’est Michael Morpurgo.




27 août 2021

Les Chemins de la haine d'Eva DOLAN

 

Genre : Policier


Quatrième de couverture :


Chantiers de construction, prostitution, tortures…


L’Angleterre n’est pas l’Eldorado tant attendu par les immigrés.


A Peterborough, où l’extrême droite prospère, nombreux sont ceux qui souhaiteraient se débarrasser de ces nouveaux venus.


L’un d’eux, Jaan Stepulov, est retrouvé calciné dans un abri de jardin.

Accident dramatique ?

Meurtre ?


Chargés de l’affaire, l’inspecteur Zigic et le sergent Ferreira plongent au plus profond d’une économie souterraine sordide, basée sur le trafic d’êtres humains.


Là où l’humanité revêt un visage monstrueux.



Ce que j'en ai pensé :


Un roman noir, polar social, présentant un aspect peu reluisant de l’Angleterre actuelle : l’immigration et, plus particulièrement, l’accueil réservé aux immigrés, à qui incombent les tâches les plus ingrates, celles dont aucun Anglais ne veut, dans des conditions de travail épouvantables, sans parler de leurs conditions de vie…


Tous les cas de figure sont évoqués : celui des immigrés de troisième génération comme Zigic, chef du service des crimes de haine, bien intégré, se sentant pleinement anglais et qui pourtant subissent encore la méfiance de la « population locale », celui des immigrés qui ont réussi à s’en sortir, en ne ménageant pas leurs efforts, comme les parents du sergent Ferreira, tête brûlée ne supportant pas l’injustice et le racisme « ordinaire » ou bien encore comme la femme de Jaan Stepulov, victime de l’incendie de son abri de fortune, dans le jardin des Barlow.


Mais aussi celui de ces immigrés qui s’engraissent sur le dos de leurs pairs, en les exploitant ou bien encore celui de tous ces malheureux, nombreux, qui pensaient trouver fortune et qui déchantent vite en découvrant la réalité : la Terre promise n’a rien d’idyllique, ne veut pas d’eux et leur réserve un sort encore pire que celui qui était le leur dans leur pays d’origine.


L’auteure donne un nom, un visage à tous, elle leur donne chair, les rend tangibles, nous fait partager leurs émotions, leurs peurs, leurs souffrances leurs doutes mais aussi leurs (minces) espoirs, comme ceux de Pablo, personnage auquel il est impossible de ne pas s’attacher.


On retient son souffle plus d’une fois, on espère que les ordures pour lesquels il « travaille » vont se faire arrêter (voire pire!) avant qu’il ne soit trop tard, on croise les doigts pour qu’il tienne le coup, jusqu’à l’arrivée de l’inspecteur Zigic et on grince des dents devant ce qui lui arrive, de même pour Emilia ou même Jaan.


Les suspects ne manquent pas mais les témoins se font rares, par crainte de représailles ou parce qu’ils sont déjà repartis chez eux… ou morts, quelque part, dans la misère et l’indifférence générale.


L’intrigue est parfaitement maîtrisée, avance lentement mais très sûrement et bouscule le lecteur dans ses certitudes, lui fait prendre conscience d’une réalité crasse, qui a cours en Angleterre, certes mais est tout à fait transposable chez nous, en France !


J’ai beaucoup aimé l’inspecteur Zigic, très humain, compatissant et attentif, c’est un homme posé, un mari et un père aimant, tout le contraire du sergent Ferreira, qui m’a souvent agacée.


Butée, elle ne voit que ce qu’elle a envie de voir. Même si l’on comprend sa rage, elle se laisse souvent débordée et surtout aveuglée par elle. 

J’ai eu plus de mal à m’attacher à elle.


C’est donc un roman policier qu’on lit sous tension, un roman puissant et douloureux, où nous est dressé un tableau très complet, sombre et révoltant de cette économie souterraine dont profitent des gangsters, tous les Andrus Tombac du pays et les Maloney, les agences de travail, les passeurs et même les Anglais lambda, qui préfèrent fermer les yeux ou appellent à la haine des étrangers, venant grossir les rangs de l’ENL (English Nationalist League) et ce, à travers l’enquête menée par Zigic et son équipe dans ces eaux troubles et poisseuses.


Une enquête qui nous oblige à ouvrir les yeux sur le triste sort de tous ces anonymes, abusés par leurs rêves d’une vie meilleure et par ces bonimenteurs qui leur promettent la Lune, abusent d’eux en les traitant comme des esclaves et s’en débarrassent quand ils n’en ont plus l’utilité ou quand ils se rebellent contre un système gangrené mais qui a encore cours aujourd’hui dans nos sociétés dites développées...





Bane Seed Tome 3 : Voyage au bout du Sidh de Fanny ANDRE

  Genre : Urban Fantasy Série Bane Seed : 1. Guerre ou paix ? 2. Un crime, un châtiment 3. Voyage au bout du Sidh 3.5. Dans la tête de Dor...